CDEI

Bien-être thermique
& efficacité énergétique

Services

Mesure de l'étanchéité à l'air

Pourquoi assurer une bonne étanchéité à l'air ?

Assurer un bon niveau d’étanchéité à l’air d’un bâtiment, c’est être capable de limiter les flux d'air incontrôlés (on parle de flux d'air parasites) causés par les défauts d'étanchéité de l'enveloppe du bâtiment (mur, plafond, plancher) qui peuvent être source d’inconfort et de gaspillage d’énergie.

En réalisant une bonne étanchéité à l'air :
 les consommations énergétiques de chauffage sont réduites,
 l’aération et le renouvellement d’air du bâtiment sont maîtrisés

Comment mesure-t-on l'étanchéité à l'air d'un bâtiment ?

Afin de connaître la valeur de perméabilité à l'air des bâtiments, c'est-à-dire la quantité d'air qui transite par les défauts d'étanchéité à l'air de la construction, il convient de réaliser un test d'infiltrométrie, aussi appelé test de la porte soufflante.

La porte soufflante, placée généralement sur la porte d'entrée principale, est reliée à une jauge de mesure de pression. Ce système permet de mettre le bâtiment en surpression et/ou en dépression et de mesurer un débit de fuite. En France, l'étanchéité à l'air du bâti est caractérisée par un coefficient de perméabilité, appelé Q4Pa_surf.

Lorsque le bâtiment est en surpression ou en dépression, la circulation d’air au travers des points de fuites involontaires est augmentée, ce qui facilite leur détection à l’aide d’un générateur de fumée ou une caméra thermique. Une fois détectés, les défauts peuvent être corrigés.

L’étanchéité à l’air et les bâtiments neufs RT2012

L’étanchéité à l’air est une problématique récente dans le monde de la construction car, pour la première fois, c’est un objectif de résultat qui est imposé (respecter un débit d’infiltration d’air maximum).

Le traitement des infiltrations d’air nécessite donc des compétences spécifiques, une conception efficace, une mise en œuvre soignée et un suivi attentif.

La conception d’une interface étanche et continue entre l’intérieur et l’extérieur doit être pensée le plus tôt possible dans la phase projet. Durant le chantier, toutes les entreprises doivent être sensibilisées et impliquées sur l’atteinte de cet objectif d’étanchéité à l’air. Tous les corps d’état sont concernés (maçonnerie, charpente, menuiserie, électricité, plomberie…). Sur le terrain, l’idéal est d’avoir un suivi transversal de l’exécution par une personne compétente et désignée.

L’étanchéité à l’air et les bâtiments existants

La mesure de l’étanchéité à l’air sur un bâtiment existant est intéressante pour compléter un bilan thermique d’un bâtiment à rénover.

Elle permet, bien souvent, de déterminer l’origine d’un « courant d’air » perçu par les occupants, ou de comprendre pourquoi, malgré des travaux d’isolation déjà réalisé, la facture de chauffage reste élevée.

Dans un projet de rénovation énergétique, connaître l’origine des différentes fuites existantes permet, au maître d’ouvrage ou au maître d’œuvre, de pouvoir les éliminer lors des travaux qui sont envisagés.

Prendre en compte l’amélioration de l’étanchéité à l’air du bâtiment est primordial dans tout projet de rénovation. La performance et la qualité des travaux engagés en dépendent.

Le test d’étanchéité à l’air en cours de chantier

Lors d’un projet de construction ou de rénovation, il est très utile de suivre la bonne réalisation de l’étanchéité à l’air du bâtiment, en effectuant un test en cours de chantier.

Ce test permet de se situer par rapport à l’objectif d’étanchéité fixé, mais surtout de corriger le plus rapidement possible les défauts de mise en œuvre.

En effet,  plus les travaux correctifs sont effectués tardivement, plus ils sont couteux, difficiles à réaliser et pour une efficacité moindre.


Notre site internet utilise des cookies pour réaliser des statistiques de consultations anonymes. En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'information sur l'usage des cookies, cliquez ici.
OK